LE SCOT DÉCIDE DE NOTRE AVENIR. LE SAVEZ VOUS ? ÊTES-VOUS D’ACCORD?

pdf icon Tract-SCOTvref.pdf

LE SCOT DÉCIDE DE NOTRE AVENIR.
LE SAVEZ-VOUS ? ÊTES-VOUS D’ACCORD ?

Le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) de la Riviera française et de la Roya est en cours d’élaboration. Il s’agit d’un ensemble de documents sur lequel vont s’appuyer toutes les politiques d’aménagement de notre territoire pour les 20 années à venir.

Les réunions d’information tenues par le bureau d’étude mandaté par la CARF (Communauté d’Agglomération de la Riviera française et de la Roya) donnent un avant-goût des perspectives pour la vallée: une segmentation par fonctions économiques, sans lien avec les préoccupations locales : Breil et Sospel deviendraient des banlieues dortoirs de Monaco, tandis que le haut de la vallée se développerait autour du tourisme; le tout routier serait validé au détriment du rail.

Ces réunions dites « de concertation » n’étaient visiblement pas des « consultations », et nous – les habitants lambda de la vallée – n’avons aucun retour allant dans le sens d’une prise en compte des avis que nous y avons exprimés.

Si nous n’intervenons pas massivement, l’enquête publique risque d’être réduite à une formalité administrative visant à valider des décisions déjà prises, sans nous, et que nous n’aurons pas la capacité d’infléchir.

D’autant plus que la validation du SCOT sera faite par les élus de la CARF qui sont majoritairement les représentants des villes côtières, privant ainsi les populations rurales de leur pouvoir de décision.

PRENONS LES DEVANTS !

Exprimons nos observations, nos volontés et nos visions pour notre avenir et celui de nos enfants en envoyant un courriel au SCOT –  scot@carf.fr (avec copie à sauvons.la.roya@gmail.com) – ou par courrier adressé à C.A.R.F,  16 rue Villarey 06500 Menton

Le Diagnostic environnemental peut être consulté sur le site de la CARF  www.riviera-francaise.fr/index.php/amenagement et le document présenté lors des réunions « de concertation » sur http://sauvons-la-roya.fr/tag/scot

La première version du Projet d’Aménagement et de Développement Durable, élaborée suite à ces réunions et soumise à l’évaluation des élus, n’a toujours pas été rendue publique.

Quelques pistes pour mieux saisir les enjeux :

ENVIRONNEMENT – TRAFIC ROUTIER

 Les nuisances générées par le trafic et la maitrise de l’expansion de « l’urbanisation diffuse » sont identifiées par le SCOT comme les deux enjeux majeurs sur notre territoire en matière d’environnement. Le SCOT constate « une problématique de qualité/sécurité des axes en montagne », avec le doublement du tunnel routier au col de Tende, « un risque d’accroissement du trafic poids lourds de gros tonnage », au niveau du bruit, « une inquiétude pour l’axe Roya » au niveau de la pollution, un « indice qualité de l’air moyen à médiocre 77% du temps (calculé sur l’ozone) », avec une « pollution chronique (valeur sur 8h) qui touche plus spécifiquement le Haut-Moyen Pays ». Et, logiquement, il prévoit d’« asseoir l’aménagement et le développement du territoire sur une offre de mobilité efficace et durable », « de préserver et valoriser le patrimoine biodiversité du territoire […] et les fonctionnalités écologiques »…

Mais dans la vallée de la Roya, le SCOT cautionne sans sourciller le développement d’une circulation majorée d’1/3, polluante et non régulée, qui aura des impacts tant sur le milieu global que sur notre santé et celle des espèces faunistiques et floristiques.  C’est dans les Alpes que le changement climatique est le plus rapide. Il est devenu d’une urgence absolue d’en tenir compte dans chaque grande décision d’aménagement du territoire, et sans réponse à la hauteur de l’enjeu, il n’y aura plus moyen d’en maitriser les conséquences.

Les services de l’Etat annoncent en Roya 4700 véhicules/jour dont environ 220 poids lourds à l’horizon 2030. Soit 1/3 de véhicules légers en plus qu’actuellement, et une estimation pour les poids lourds largement sous-évaluée, car elle ne tient pas compte du trafic international qui va s’engouffrer sur cet axe sans péage (environ 200 euros d’économie par poids lourd) et sans régulation sauf celle des matières dangereuses. Pourquoi ce refus de la part des services de l’Etat de réguler la circulation alors que notre qualité de l’air est déjà moyenne à médiocre plus d’un jour sur deux de l’année (données Air Paca) ? Notre santé ne compte-t-elle donc pas ?

Si la fermeture du tunnel de Tende, même échelonnée sur plusieurs semaines, est une catastrophe économique – temporaire – pour les commerçants de la Roya, le déferlement de poids-lourds et de véhicules légers supplémentaires suite au doublement du tunnel du col de Tende sera une catastrophe durable et très certainement définitive pour la sécurité dans les villages traversés et sur la route.

Ni un hypothétique contournement de Fontan, ni les « corridors écologiques » n’arrêteront la pollution, qui nous affectera autant que les espèces animales et végétales censées pourtant être protégées pour être en cohérence avec la demande de classement à l’UNESCO actuellement en cours.

Veut-on accepter les conséquences liées à la réalisation d’un axe européen (la RD6204 est aussi E74) à haut débit de circulation sans régulation ?

La situation quotidienne que vivent les habitants de Demonte, village italien situé à 60 kms de la Roya, est très instructive de ce qui nous attend ici, de jour comme de nuit. Cela fait plus de 40 ans que les habitants attendent le contournement promis, et alors qu’ils ont cessé d’espérer, le flux de camions, lui, augmente toujours.

En l’état actuel, le projet de SCOT reste très flou sur d’autres problèmes cruciaux d’environnement, notamment sur la gestion de l’eau qui risque fort d’être entièrement privatisée et sur la gestion des déchets (souvenons-nous du projet de décharge de « déchets ultimes » dans un vallon proche de Piene-haute).
TRAIN

Seul le renforcement de l’axe ferroviaire Breil-Sospel est envisagé.

Pour la pérennisation des axes Breil-Tende-Cuneo-Vintimille, on reste dans le flou. Et c’est l’offre de bus qu’il est proposé de soutenir.

Un autre danger se profile. L’ouverture à la concurrence sur les trajets grandes lignes et TGV les plus fréquentés, va priver la SNCF des sources de revenus dont la péréquation permettait de maintenir les trajets moins rentables. C’est pourquoi elle refuse les investissements nécessaires sur les lignes dites « secondaires ».

La mobilisation citoyenne depuis deux ans a permis d’éviter la fermeture de notre ligne en 2015. Mais rien n’est définitivement acquis et la fiabilité est loin d’être assurée en raison du manque de personnel et de matériel.

D’autre part, ni la CARF, ni les Régions concernées ne semblent décidées à s’engager pour sa pérennisation

On nous dit aussi que le fret ferroviaire doit être valorisé, mais rien de concret sur la manière d’y parvenir. D’autant que le Parc Roya à Vintimille va être démantelé et n’aura plus de vocation ferroviaire. Malgré les diverses déclarations et promesses, cette décision confirme la volonté générale d’abandonner le fret ferroviaire au bénéfice du tout routier.

URBANISATION

Les travailleurs monégasques, dont le SCOT prévoit la résidentialisation dans le Moyen pays (basant sur elle une bonne partie du développement de celui-ci), accepteront-ils d’habiter les villages ? Ne souhaiteront-ils pas construire des maisons familiales en campagne, et ce faisant contribuer encore plus au mitage du territoire ? Comment se déplaceront-ils jusqu’à Monaco ? Consommeront-ils sur place ? L’expérience de Sospel à ce sujet est une réponse possible : les gens qui travaillent à Monaco scolarisent leurs enfants proche de leur lieu de travail, y font leurs courses et leurs activités extra-professionnelles… et se déplacent en voiture, bien évidemment !

RÉAGISSONS !

Pour l’avenir de la Roya, il est encore temps d’inverser le désastre programmé. Habitants de la vallée, mobilisons-nous,
car après ce sera trop tard.

Il y a des solutions alternatives, comme la pérennisation de notre ligne de train, avec les investissements nécessaires débloqués de suite, une convention de 1970 enfin réexaminée, un seul tube routier sécurisé de circulation à Tende et l’alternat maintenu au col au moins pour les camions afin d’en limiter les flux, le développement de l’agriculture locale et d’un tourisme vert basé sur nos richesses patrimoniales naturelles et culturelles. Ce sont les touristes qui s’arrêtent dans la vallée qui participent à la faire vivre et non les véhicules et camions (de marchandises de long cours) en transit.

CONTACT : sauvons.la.roya@gmail.comhttp://sauvons-la-roya.fr 

Pour une vallée qui reste rurale et vivable :

Envoyez vos remarques au SCOT (scot@carf.fravec copie à sauvons.la.roya@gmail.com, ou par courrier (C.A.R.F,  16 rue Villarey 06500 Menton)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *