Trafic routier dans la Roya : jusqu’à 8700 véhicules par jour !

Lu dans la Marmotte déroutée 1

Il n’y plus de doute, nous sommes les dindons de la farce … et notre asphyxie est programmée…

Hypothèse 2 : le pire des scénarios

Pour estimer l’évolution du trafic routier à l’horizon 2015, en 2006, dans le dossier d’enquête préalable à la demande de Déclaration d’utilité publique (DUP), la Direction départementale de l’équipement (DDE) des Alpes-Maritimes comparait trois hypothèses concernant la traversée des Alpes au niveau du département :

  • hypothèse 0 : aucun aménagement n’est prévu ;
  • hypothèse 1 : un nouveau tunnel de Tende est construit à péage, le projet de mise en service du tunnel du Mercantour est réalisé plus tard ;
  • hypothèse 2 : un nouveau tunnel de Tende est construit sans péage et le tunnel du Mercantour n’est pas réalisé.

Nous sommes dans le cas de l’hypothèse 2, pour laquelle les prévisions contenues dans le dossier donnaient, une fois le tunnel réalisé, un flux de déplacement JMA (JMA = trafic journalier moyen) de 5760 véhicules par jour.

Sachant qu’on estimait que les travaux seraient terminés en 2015, on pouvait lire dans le document rédigé à l’époque :

« A l’horizon 2015, le trafic augmentera fortement, notamment le taux de PL [poids lourds] qui atteindra 18 %. Au niveau du tunnel de Tende, le flux de transit représentera 4300 véhicules par jour et le flux d’échanges locaux 1460 véhicules par jour, soit un flux de déplacement JMA de 5760 véhicules par jour. « 

image-1

Le comptage du département :

Et pourtant, entre le 3 et le 16 septembre 2015, alors que le tunnel n’est pas encore doublé, les comptages du département nous montrent que la situation est déjà pire que les prévisions d’il-y-a 10 ans !

Durant ces 14 jours, on observe un trafic quotidien moyen supérieur à 5 000 véhicules (cumul des deux sens). Ce trafic est essentiellement diurne, le tunnel de Tende étant fermé la nuit. Le trafic nocturne est local dans la Roya française.

Malgré les limitations liées à la hauteur du tunnel actuel et malgré la circulation en alternance, en semaine, la circulation des poids lourds (PL) représente déjà plus de 400 véhicules quotidiens, soit plus de 8% du trafic. Le week-end, le trafic total est supérieur à 6 200 véhicules. Avec précisément 427 poids lourds quotidiens en septembre 2015, on a déjà quasiment le double des prévisions de la préfecture (220 PL/jour total moyen des jours ouvrés)….

Pire encore ! Un an plus tard, en juillet 2016, le trafic quotidien le plus bas en semaine était de l’ordre de 5 200 véhicules, pour une moyenne supérieure à 6 000, avec des pointes le week-end supérieures à 7 000 véhicules, et un record de 8 700 véhicules dans la journée du 17 juillet, dont 870 entre 18 et 19 heures. Un véhicule toute les 10 secondes sur une route à deux voies ? Peut-on encore parler de route pittoresque ?

Au moment où ces statistiques sont recensées par les services du conseil départemental des Alpes-Maritimes, ces mêmes services continuent de communiquer sur des statistiques anciennes et obsolètes. A ce dysfonctionnement vient s’ajouter le fait que pendant plus de 3 années (2011 à 2014), le compteur à Tende a été laissé en panne par les mêmes services. Pourtant, il aurait suffit de débourser seulement 2160€ pour mettre en place un compteur mobile magnétique qui permettrait de sortir des chiffres d’ailleurs que d’une boule de cristal … (montant relevé sur devis le 27 septembre 2016).

Les prévisions de la préfecture :

De son côté, la préfecture nous affirme que l’étude du trafic est actuellement en cours de mise à jour. L’objectif de cette étude est de disposer de prévisions de fréquentation actualisées en prenant en considération les dernières données de comptage, les caractéristiques routières et les nouvelles hypothèses de croissance du trafic dans la vallée de la Roya. Selon les premiers résultats provisoires, alors que le trafic actuel est de l’ordre de 3150 véhicules en moyenne journalière annuelle, dont 120 PL, il serait de 4500 véhicules en 2020 à la mise en service des deux tubes, dont 280 à 330 PL soit 7 % du trafic total.

D’où sont sortis ces chiffres ?

De qui se moque-t-on ? De deux choses l’une : soit les services du conseil départemental et de la préfecture sont incompétents – et dans ce cas, un haut fonctionnaire doit savoir avouer son incapacité et arrêter de faire semblant … -, soit il s’agit de mensonges et, dans ce cas-ci, la justice doit faire son travail !

Comment peut-on diviser les chiffres par 2 et occulter ainsi les faits réels ?

Pourquoi taire le fait qu’au même moment le département prévoit des travaux d’élargissement de la RD 6204 (pour un montant estimé pour le moment à 150 000€) et que d’autres travaux d’importance ont déjà été réalisés sur cette route ?

Déni de démocratie

Ce saucissonnage des travaux pourrait permettre aux co-financeurs d’échapper à la toute dernière ordonnance (n°2016-1058 du 03/08/2016) relative à la modification des règles applicables à l’évaluation environnementale des projets, plans et programmes, élaborée après la concertation lancée par Ségolène Royal sur le Renforcement du dialogue environnemental et la participation du public:

« Lorsqu’un projet est constitué de plusieurs travaux, installations, ouvrages ou autres interventions dans le milieu naturel ou le paysage, il doit être appréhendé dans son ensemble, y compris en cas de fractionnement dans le temps et dans l’espace et en cas de multiplicité de maîtres d’ouvrage, afin que ses incidences sur l’environnement soient évaluées dans leur globalité. »

dans-quelques-annees image

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *