Scandale du Tunnel de Tende : conférence de presse des autorités italiennes (24 mai 2017)

Rapidement pour revenir sur le scandale du tunnel de Tende, quelques traductions de la conférence de presse :

Le procureur F. Nanni : Des ouvrages de soutènement, principalement du cote français, n’ont pas été faits selon les règles, ni selon le cahier des charges.L’enquête est compliquée parce qu’une partie s’est déroulée sur une partie du chantier qui est en territoire français. Nous devons travailler en collaboration, (rogatoria internazionale) , avec la gendarmerie et le procureur de la république français. Ceci pour mettre sous scellés la partie française du chantier.
Sachant que le trafic routier sur la voie actuelle et le vieux tunnel persiste, nous effectuons de opérations de contrôle des infrastructures qui en sont très proches. Nous essayons de faire rapidement des contrôles de stabilité et de sécurité concernant le trafic en cours.

Ceci pour vous montre que nous essayons de travailler dans l’urgence, au moins sur les parties les plus proches du trafic ouvert en cours.
Les soupçons des accusations pour l’enquête en cours sont validées par le juge xxx….. Il y a suffisamment de preuves pour les arrestations au motifs Vol aggrave et détournement de bien public.
Il y a indices graves.
Le procureur..xxx avait demandé de la prison, mais s’est contenté d’assignation a résidence.
On sujet des vols, il apparaît que 200 t de matériaux ferreux d’une valeur de 100 000 euros qui a été revendu à des ferronnier de Cuneo et Torino, au profit des personnes accusées.
Le Formulaires de transport de ces matériaux (FIR) ont été falsifiés.

Le Colonel : L’enquête a commencé en septembre 2016. Portait sur les transports de marchandises transfrontaliers. Les chargements de fer venant du tunnel, plus les documents, plus les écoutes téléphoniques. Les chargement qui venaient du col étaient charges de matériaux neufs, coupés et cachés sous des déchets.
Ils étaient revendus a des ferrailleurs.
Les scellés ont été mis pour arrêter les malfaçons: ouvrages réalises en dehors des plans avec des moyens dégradés.
Il y a aussi des craintes que les malfaçon induisent des risques d’écroulement: aux deux entrées et aussi à l’intérieur.

Le procureur : L’enquête, suivie par Chiara Caneca, qui soupçonne les malfaçon, a décidé de l’intervention pour éviter des atteintes aux personnes.

Réponse aux questions par le procureur:
Est ce que les accusations ne devraient pas être requalifiées en « malfaçons »? ===> Les ouvrages ne sont pas conforme, c’est ce qui a poussé à l’actuelle opération. D’autres contrôles en cours pourraient modifier les chefs d’accusation.
Est ce que ces contrôles peuvent aboutir a un arrêt de la circulation ? ===>Les contrôles seront faits par des experts. Les autorités française veulent savoir si il y a un risque de malfaçon pouvant entraîner des risques. Donc a ce jour on a lancé ces contrôles, mais on ne sait pas quelles seront les conclusions
– Est ce que les travaux du coté italien peuvent rependre puisque les risques sont seulement du cote français.? ===> C’est en effet du cote français qu’il y a plus de risque, mais l’enquête se poursuit et on ne peut pas dire se que trouveront les experts.
– Quelle est la durée des scellés ? ===> Ne sait pas.
– Que faisaient les personnes de l’ARPA ? ===> Ne sait pas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *