Communiqué 19 juillet 2017 le Lyon Turin la pause s’impose

*Lyon-Turin Ferroviaire*
*Déclarations d’Elisabeth Borne,*
*Ministre chargée des transports.*
*Communiqué du 19 juillet 2017*

*« On fait une pause sur le Lyon-Turin »*
Tels sont les propos rapportés par *Reporterre.ne*t suite à l’interview de la Ministre Elisabeth Borne qui s’inscrivent dans la suite des déclarations du Président de la République et de Nicolas Hulot, Ministre de la Transition écologique.
*https://reporterre.net/La-ministre-des-transports-Elisabeth-Borne-On-fait-une-pause-sur-le-Lyon-Turin *

Les opposants qui ont proposé l’utilisation des voies ferrées existantes, déjà rénovées et sous-utilisées, pour le transfert des marchandises de la route vers le rail dans le massif alpin, prennent acte d’une déclaration de bon sens. Depuis longtemps, la preuve est faite que ce n’est pas une infrastructure déficitaire et dévastatrice de plus, qui règlera le sort du fret ferroviaire en France.

*Nous opposons au Lyon-Turin l’utilisation rationnelle de l’existant.*
Comme l’ont fait les hautes administrations depuis plus de 20 ans, les membres de la coordination ont démontré que les voies ferrées existantes permettent de reporter de la route vers le rail, les marchandises transportées par les camions aux tunnels du Mont-Blanc et du Fréjus.
*http://lyonturin.eu/analyses/docs/Services-LT_FINAL20170223corrige.pdf *
*http://www.dailymotion.com/video/x5iuh72 *
Le Conseil Général des ponts et chaussées l’a écrit depuis 1998, l’Inspection Générale des Finances depuis 2003, la Cour des comptes depuis 2009 sous la Présidence de Philippe Seguin, puis celle de Didier Migaud depuis 2012.
*http://lyonturin.eu/analyses/docs/Fascicule_oct2016_LT_DI_20161029%20final.pdf *

*Daniel Ibanez déclare « Nous avons toujours dit que le bon sens c’est d’arrêter ce projet, ce qui n’hypothèque en rien l’avenir. » *
« Reçu par Madame Borne le 26 juin, je lui ai confirmé que, comme elle, nous considérons que des nouvelles infrastructures non financées ne résolvent pas le problème du fret ferroviaire. Seules des offres de services combinés, de report des remorques ou des caisses mobiles de la route vers le rail permettront d’inverser la tendance.
C’est possible maintenant entre la France et l’Italie au départ d’Ambérieu en Bugey, faisons-le.
Dépenser des milliards pour le Lyon-Turin ne peut que détériorer plus encore la situation, par l’augmentation des péages pour les trains de fret. »

« La Décision du Conseil d’État du 12 juillet sur la pollution de l’air montre la voie, celle de l’action efficace, concrète et immédiate, non pas des projets conduisant à la faillite comme Perpignan-Figueras. *Commençons par interdire les camions Euro 1, 2 et 3* » a encore déclaré Daniel Ibanez.
*Affecter 100 millions d’euros reçus à tort par le tunnel routier du Fréjus, permet de financer l’intermodalité et la diminution des camions dans les Alpes.*
*Contact** Coordination des Opposants au projet « Lyon-Turin » :*
*Daniel IBANEZ 06 07 74 10 17 <06%2007%2074%2010%2017>* contact@lyonturin.eu <contact@lesmollettes.eu>* / Jean**-Paul RICHARD 06 15 72 57 19 <06%2015%2072%2057%2019>* *jepari111@gmail.com <jepari111@gmail.com>*
*http://lyonturin.eu/*
Garanti sans virus. www.avast.com <#DAB4FAD8-2DD7-40BB-A1B8-4E2AA1F9FDF2>

Une réflexion au sujet de « Communiqué 19 juillet 2017 le Lyon Turin la pause s’impose »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *