Arrêté anti poids lourds dans la Roya: le préfet ne devrait pas faire appel

Le représentant de l’Etat pourrait renoncer à faire appel du jugement du tribunal administratif de Nice qui a confirmé mercredi la légalité de l’arrêté pris par cinq maires de la vallée pour interdire la circulation des poids lourds de plus de 19 tonnes dans la traversée de leur commune.

Deux jours après le jugement en référé du tribunal administratif de Nice validant l’arrêté pris par cinq maires de la vallée de la Roya pour interdire la circulation sur la route qui relie la vallée du Var à l’Italie via le col de Tende, l’hypothèse d’un recours de l’Etat s’éloigne.

Selon une source proche du dossier, le préfet des Alpes-Maritimes Georges-François Leclerc qui contestait la légalité de l’arrêté des cinq élus pourrait ne pas faire appel du jugement du 7 novembre. Une décision qui peut être interprétée comme une volonté d’ouverture vis-à-vis avec des maires que le représentant de l’Etat doit rencontrer le 20 novembre en compagnie de représentants du Département et de la députée de la circonscription.

VOlonté de dialogue

L’idée serait en effet de retrouver un peu de sérénité autour de ce dossier particulièrement complexe. « Nous n’avons pas pris cet arrêté pour nous battre, mais pour nous faire entendre« , assurait mercredi le maire de La Brigue, Daniel Albert, dans les colonnes de Nice-Matin.

Le 1er septembre, les cinq maires en question ont décidé d’interdire le passage des camions de fort tonnage sur les communes de Breil, Saorge, La Brigue, Tende et Fontan. L’objectif des élus locaux était alors de barrer la route aux TIR (transit international routier) en provenance d’Italie. « Nous ne voulons pas que la Roya devienne un aspirateur à camions », expliquait alors André Ipert, le maire de Breil.

Un « combat légitime » pour Ginésy et Ciotti

Si la décision du préfet de renoncer à faire appel se confirmait, la route du dialogue devrait donc s’ouvrir dans la Vallée de la Roya. Une éventualité qui réjouit Charles-Ange Ginésy, le président du Département et le député Eric Ciotti. Dans un communiqué commun, ils expliquent qu’ils « sont intervenus auprès du préfet pour lui demander de ne pas faire appel », considérant que « le combat des maires est légitime. »

Charles-Ange Ginésy et Eric Ciotti estiment qu’il « convient d’aller vers l’apaisement pour définir collectivement des réponses à cette problématique ». Ils précisent tous deux qu’il réuniront « les maires concernés avant la réunion en préfecture du 20 novembre, afin de définir une position commune. »

http://www.nicematin.com/faits-de-societe/arrete-anti-poids-lourds-dans-la-roya-le-prefet-ne-devrait-pas-faire-appel-182672

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *