Indiens et Pakistanais suffoquent dans un brouillard de pollution

De New Delhi en Inde à Lahore au Pakistan, des dizaines de millions de personnes suffoquaient mercredi dans un épais brouillard polluant ayant recouvert le nord du sous-continent indien, un danger récurrent pour la santé publique.

Le toxique rideau gris tombé sur cette région de plaines met en question la durabilité des modes de vie humains dans des zones aussi peuplées. Et ce à l’heure où l’empreinte de l’homme sur la planète bleue est au coeur de la COP23 qui se déroule actuellement en Allemagne.

Cette atmosphère invivable résultait d’une conjonction de brûlis agricoles et d’émissions urbaines et industrielles. Pour ne rien arranger, les conditions météorologiques (vent faible, arrivée du froid, humidité) empêchaient la dissipation des polluants et laissaient augurer d’un reste de semaine irrespirable. […]

« La situation actuelle est impropre à la vie humaine », s’est alarmé le docteur Arvind Kumar du Sir Ganga Ram Hospital de New Delhi.

Le froid et l’absence de vent plaquent au sol les émissions polluantes des véhicules, usines et centrales, les empêchant de se disperser.

Ces particules en suspension accentuent les risques de maladies cardiovasculaires et de cancer des poumons. Les plus petites d’entre elles (PM2,5), grandes comme un trentième d’un diamètre de cheveu humain, parviennent à s’infiltrer dans l’organisme et le sang, à travers les poumons.

« La pollution atmosphérique est un tueur silencieux. Vous ne le voyez pas. Il ne se montrera pas maintenant, il se montrera dans quelques mois, quelques années, mais il réduit progressivement votre espérance de vie », a expliqué le docteur Kumar.

La pollution est un problème de santé publique majeur pour l’Inde, nation de 1,25 milliard d’habitants en plein développement et aux besoins de croissance immenses.

En 2015, la contamination atmosphérique, terrestre et aquatique était présumée responsable de 2,5 millions de décès dans ce pays, plus lourd bilan humain de la planète, a estimé une récente étude publiée dans la revue The Lancet.

Source : http://www.lepoint.fr/monde/pollution-a-new-delhi-fermeture-des-ecoles-pour-la-semaine-08-11-2017-2170652_24.php

Modifié le – Publié le | AFP

Une réflexion au sujet de « Indiens et Pakistanais suffoquent dans un brouillard de pollution »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *