Anas prête à résilier le contrat avec le maître d’ouvrage Fincosit

​Limone s’estime lésée financièrement par le retard que prennent les travaux, et l’incertitude sur l’avenir. Tous ces travaux qui ont pris plus de deux années de retard et qui sont indéfiniment mal réalisés ; les longues attentes aux feux rouges des travaux côté Vintimille depuis maintenant des mois, qui peuvent rajouter jusqu’à 30 minutes de plus de trajet en Roya ; le manque à gagner touristique probable qui en découle.

Limone participe probablement financièrement aux travaux du tunnel en donnant de l’argent à la région Piémont, qui à son tour paie une partie des travaux à l’Anas. Elle est donc lésée financièrement par les malfaçons, les malversations, et les délais qui s’allongent toujours plus.

Les Etats français et italien se sont aussi portées parties lésées donc on est parti pour des dizaines d’années de procédure.

Toutes ces malversations vont au final coûter extrêmement chers, et à partir de maintenant surtout plus rien n’est certain. ni que les deux autres entreprises qui avaient répondu à l’appel d’offre et auxquelles vont être proposé un nouvel appel d’offre soient maintenant preneuses d’un tel bourbier ; ni qu’on arrive jamais à résoudre le problème des eaux sulfatées qui s’écoulent via l’éboulement qui s’est produit à la mi juin 2016, et dont la moitié n’est pas traitée et se jette ainsi dans le vallon de la Ca. Un gouffre dans la montagne s’était créé suite à l’éboulement, 700 m3 (et peut-être plus) manquent encore à l’appel et pourraient s’effondrer à tout moment nous disait on alors. 

Il se pourrait donc que renvoyer des ouvriers retravailler dans ce nouveau tube dangereux les mettent en danger.

Ensuite, comme c’est dit dans l’article, les italiens vont tenter de renégocier via la Commission Inter Gouvernementale des Alpes du sud le passage des 40 tonnes et la convention ferroviaire. Si la France ne lâche pas, peut-être vont ils se dire que ce n’est plus vraiment la peine vu les coûts annoncés pour finalement ne pas satisfaire les principaux intéressés à savoir la chambre de commerce et d’industrie et les transporteurs italiens. Ces derniers vont faire un recours commun avec la commune de Limone mais que vont ils y mettre on n’en sait rien pour l’instant.

Des camions de plus de 40 tonnes continuent de passer par la Roya, les pouvoirs publics compétents en la matière le savent, mais pour l’instant il semblerait qu’on ait décidé de laisser passer certains au moins de ces poids lourds. 

La route est-elle réellement suffisamment solide pour supporter ces très gros poids lourds ? Les 5 maires de la vallée de la Roya qui ont déposé l’arrêté à 19 tonnes ne semblent pas le penser puisqu’eux-mêmes font état de dommages aux canalisations, entre autres choses. Rappelons-nous que ce sont des employés de débroussaillage qui ont constaté le 4 novembre 2017, juste au-dessous du viaduc de Scarassoui au nord de Fontan, une fragilité du soutènement de la chaussée de la RD6204 qui a nécessité une régulation de la circulation pour pouvoir faire des travaux en urgence. Cette découverte a été salvatrice, elle a empêché un effondrement sous le poids d’un poids lourd par exemple.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *