Tende bis : Anas prête à résilier le contrat avec le maître d’ouvrage Fincosit

Lien vers l’article :
En voici la traduction :

Tende bis : Anas prête à résilier le contrat avec la société

Annonce du conseiller régional italien Balocco : « La prévision est de redémarrer le travail du tunnel avec une nouvelle entreprise en novembre».

L’annonce du Conseiller de l’ Anas est qu’elle va retirer à Fincosit le contrat de travail pour le chantier de Tende bis. Les nouvelles ont été publiées aujourd’hui (mardi, mars 20) par le conseiller régional pour le transport Francesco Balocco. Dans un post sur son profil Facebook, publié à 17h30, il écrit: «Anas a envoyé une information à la CIG des Alpes du Sud pour les informer de leur intention de procéder à la résiliation du contrat avec la société Grands Travaux Fincosit. La direction technique de l’Anas a exprimé son avis favorable sur l’hypothèse de dénonciation du contrat qui est maintenant examinée par la direction juridique. À court terme, l’adoption de la décision à signer par le directeur général est attendue.»

Les délais

Le conseiller régional ajoute: «le timing illustré par l’ingénieur Murrer d’Anas a été substantiellement confirmé début février lors de la réunion à la préfecture de Cuneo. Si la société ne s’oppose pas au TAR-Tribunal Administratif Régional (avec demande de suspension), et dès que seront complétées les enquêtes qui sont déjà en cours pour la définition d’une cohérence globale, nous procéderons en septembre à un nouvel appel d’offre de la seconde entreprise (qui s’était proposée) et en cas de renonciation à la troisième. La prévision est un redémarrage des travaux avec l’arrivée du nouvel entrepreneur d’ici novembre.»  Encore six mois d’attente. Balocco explique encore qu’«il demandera la brève convocation d’une conférence intergouvernementale (CIG) à Turin pour discuter de la question de Tende et de la limitation du passage des poids lourds de plus de 19 tonnes imposée par les arrêtés des maires de la vallée de la Roya, ainsi que les questions relatives au renouvellement de la Convention italo-française sur la ligne de chemin de fer Cuneo-Vintimille».

Hypothèses d’actions collectives

La semaine dernière, lors d’une convention en mairie de Limone, Angelo Orchard avait dit: «ce sera une bataille juridique qui durera on ne sait combien de temps: les années passent, ils ont de bons avocats. La commune est partie lésée dans l’affaire. En collaboration avec Lift et les opérateurs commerciaux, nous préparons un recours collectif».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *