Communiqué du Comité Franco Italien pour la N.C.V

​V​oici le communiqué de soutien à la lutte de notre comité:
 
Les cheminots sont engagés dans une bataille longue et incertaine avec un gouvernement soutenu par les libéraux de tous poils.
Le statut des cheminots n’est qu’un prétexte. Il n’a rien à voir avec les défis auxquels la SNCF est confrontée et n’a aucune incidence sur la dette du système ferroviaire ou sur le sous-investissement chronique dont nous en connaissons sur notre ligne de vie les répercussions !

Notre Comité Franco-Italien de défense de la ligne Nice-Cuneo-Ventimiglia soutien leurs luttes. Nous savons que demain, avec l’entrée du capital privé dans le rail, notre ligne en subira les répercutions, comme les 9000 km de lignes secondaires en France indispensables à la desserte de nos territoires ruraux, déjà malmenés par la désertification des services publics. Les services publics, comme le train, restent la seule richesse de ceux qui n’ont plus rien.

Nous appelons «ligne de vie» la ligne ferroviaire de nos vallées Paillon, Roia Italienne, Roya, Bevera et Vermegnana. Elle porte bien son nom. En effet, de nombreux membres de familles encore installées dans la vallée, contribuèrent à sa réalisation et à sa reconstruction. De plus, des familles de cheminots encore en activités y habitent et permettent à ce territoire de n’être pas encore désertifié complètement.

Aussi, il convient que demain la Nation, maitresse de son système ferroviaire, le développe pour un service efficace, ponctuel, moderne et économe en ressources énergétiques au service des usagers et respectueux du statut des cheminots, garant d’un haut niveau de qualité et de sécurité.

Le Comité Franco Italien pour la Sauvegarde de la ligne Nice Cuneo Ventimiglia

 

 

Une réflexion au sujet de « Communiqué du Comité Franco Italien pour la N.C.V »

  1. Le privé fait aussi bien sinon mieux que le public en beaucoup moins cher
    Tout dépend du cahier des charges de l’Etat avec les entreprises privées; S’il est mal conçu, ce n’est pas la faute des privés mais des fonctionnaires dEtat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *