Lettre ouverte Tunnel de Tende au Préfet des Alpes Maritimes (REN)

 Association Roya Expansion Nature (REN)

Agréée le 4 août 1994 – Agrément renouvelé le 17 janvier 2014
15 rue des anciens combattants
06540 Saorge
Membre de France Nature Environnement 06
 

A l’attention du collectif Sauvons-la-Roya 

 

Veuillez trouver ci-jointe et ci-dessous la lettre ouverte que les associations REN, FNE 06 et FNE PACA viennent d’adresser à Monsieur le Préfet des Alpes Maritimes à propos du tunnel de Tende.

 

Restant à votre disposition, nous vous adressons nos sincères salutations.

 

Mesdames Rainaudo et Hunebelle, administratrices
Association Roya Expansion Nature
 

Lettre ouverte à Monsieur le Préfet des Alpes-Maritimes

 

 

Objet = travaux Tunnel de Tende – stockage déchets BTP

 

Monsieur le Préfet,

Confirmant ce que les associations dénoncent depuis de nombreux mois, il apparaît au grand jour que l’entreprise Fincosit a déposé sur la commune de Tende, des quantités importantes de matériaux d’extraction du nouveau tunnel routier entre la France et l’Italie.

Du gypse et des anhydrites seraient présents dans ces matériaux, qui sont susceptibles d’être dissouts et entraînés vers le fleuve Roya et ses affluents, comme en témoignent des traces de ruissellement. Une des conséquences potentielles en est de rendre ces eaux impropres à la consommation humaine, alors qu’elles contribuent à l’alimentation en eau potable des villes de Menton, Vintimille et Monaco. Sans parler des conséquences sur la biodiversité, notamment la faune piscicole.

Mais le plus grave est que des rejets ininterrompus d’eau sulfatée perdurent en continu depuis le début du creusement du nouveau tube. Nous demandons à connaître les résultats des mesures des matières en suspension et des sulfates en sortie de la station de traitement « temporaire », car une contamination chronique est à craindre en aval de ces rejets.  

En toute logique, un audit doit être réalisé par des experts indépendants pour savoir s’il sera possible de juguler ces venues d’eau dans le nouveau tube, l’entreprise Fincosit n’ayant pas été capable de traiter ce problème majeur.

 

Le caractère dangereux de ces matériaux et ces écoulements, ainsi que les précautions à prendre pour leur stockage et leur évacuation, seraient mentionnés dans l’étude d’impact du projet, caractère dangereux d’ailleurs mis en exergue par Alain-Jean Vernet, géologue, hydrogéologue, géotechnicien et expert auprès de la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence et de la Cour administrative d’appel de Marseille. 

Concernant l’absence de dangerosité annoncée par la préfecture, elle n’est fondée que sur des analyses de l’eau du fleuve et des rivières dans leur état actuel.

Enfin, le stockage de ces dépôts sur site et l’évacuation des eaux sulfatées auraient normalement dû faire l’objet de demandes d’autorisation au titre de la réglementation des installations classées.

En conséquence, et au vu des éléments ci-dessus, nous vous demandons de procéder à la désignation d’un expert indépendant aux fins de :

       Déterminer avec précision la nature des matériaux stockés et des écoulements,

       Etudier leur légalité au regard des dispositions du Code de l’Environnement et du Code de l’Urbanisme,

       Evaluer les risques qu’ils représentent pour la qualité des eaux du bassin versant de la Roya, y compris des nappes phréatiques, du fait de l’érosion et des ruissellements,

       Evaluer les conséquences potentielles de cette pollution sur l’alimentation en eau potable des communes de la vallée de la Roya et du littoral tant côté français qu’italien

        Décrire, en tant que de besoin, les mesures de nature à faire cesser ces désordres et les rendre publiques.

Dans l’attente de la suite que vous voudrez bien donner à la présente,

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de nos respectueuses salutations.

 

  REN                                        FNE 06                                       FNE PACA

 

 

Lenor HUNEBELLE                         Laurent PARZY                                         Gilles MARCEL

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une réflexion au sujet de « Lettre ouverte Tunnel de Tende au Préfet des Alpes Maritimes (REN) »

  1. le fleuve Roya n’a aucune relation avec les sources d’eau qui alimentent en eau potable les villages français de la vallée. D’autre par t le danger des sulfates dans la rivière dépend de la dilution par tous les cours d’eau qui rejoignent la Roya. Il faut mesurer la conductivité de la Roya tout le long de son cours, comme je l’avais fait lors de l’expertise sur l’impact du tuyau en sorti du tunnel dont l’effet devenu au bout de 2 km

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *